samedi 13 juin 2009

Ce matin

Je m'arrête un instant en même temps c'est un peu samedi, je peux me le permettre. La pression de la semaine retombe un peu. L'angoisse maximum des derniers jours s'estompe. Je m'interroge. Presque rien en somme. Une sorte de vide brutal. Et je le fais exprès. Je chasse volontairement la moindre pensée. Elles reviennent. Je les envoie valser. Je suis fatiguée. Une vague nausée monte et descend.
( ) Allongée sur le lit, je suis en contemplation avec le plafond. Un tête à tête peu exaltant. Pendant cinq minutes, il essaie de me renvoyer à mes contradictions. Mais il n'a vraiment pas de bons arguments. Car après tout, ce n'est qu'un plafond. Il ne saisit rien aux subtilités. Il ne fait pas de nuance. Et surtout il ne comprend rien, mais vraiment rien, aux émotions et sentiments.
Autant que je me lève, et que j'arrête de tergiverser, j'ai du travail qui m'attend. Clac clac sur les touches.. Un mémoire à terminer... Et ce soir je m'évaderai, le temps d'une soirée.

26 commentaires:

  1. Il fait chaud, très chaud, vers les Mers du Sud...
    Pas de petit saut à la plage, Colombine ?

    Bonne journée avant la soirée !
    Jack

    RépondreSupprimer
  2. Jack--> Mr Rackham, vous ne suivez pas...!! Je bosse !! Et même si la plage à 20 mns d'ici m'appelle désespérément.. Je ne déroge pas... J'écris tant bien que mal mon mémoire... Je chasse les idées noires, et je tente de rester lucide..
    Bizette de l'aprem

    RépondreSupprimer
  3. Quand on est raisonnable, on est raisonnable...Se souvenir toujours de son mémoire !
    Sourire de pirate...
    ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Jack--> Je ne suis pas raisonnable, là je suis à la bourre... Et je le paye ! Alors je m'y contraints dans l'urgence.. Merci de me tenir compagnie :) J'y retourne, je ne veux pas perdre le fil..

    RépondreSupprimer
  5. Woooooofffffff....

    C'est le bruit d'une mouette rasante, juste pour voir si...

    RépondreSupprimer
  6. Et voilà... Bérénice est toujours au milieu des conversations !! Elle fait ch...aque fois la même chose !! :-D
    Allez courage Colombine, si tu réussis t'as un massage gratuit d'une heure trente... ça te va ? ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Mais non, Bérénice, tu fais pas ch...aque fois la même chose, tu es un petit peu fouine, c'est tout !

    Je n'aime pas trop les massages, merci ne pas me l'avoir proposé ! ;-)
    Bises
    Jack

    RépondreSupprimer
  8. Jack--> L'ai pas vue ! :)Pourtant je suis face à 12 m de baies vitrées ouvertes sur le jardin.. J'ai juste vu passer un écureuil..

    Bérénice--> Entre très chère, personne n'a l'exclusivité ici.. Mr Jack me tenait compagnie...Il passait par là..
    Je retiens la proposition... c'est en bonne voie.. j'ai tout validé de ma 3ème année jusque là !! aucun rattrapage :)

    --> Hummm ! Je suis d'humeur à faire s'envoler la Colombine ce soir!! Un mélange de rage constructive (si si ça existe !!)

    RépondreSupprimer
  9. Regarder son plafond n'est jamais très constructif, en effet. Bon courage, tu y arriveras !

    L'oiseau

    RépondreSupprimer
  10. "je suis en contemplation avec le plafond". C'est déjà ça ! J'ose pas imaginer : "je suis en contemplation sans le plafond" !

    RépondreSupprimer
  11. Parfois la vacuité est une nécessité, un rassemblement intérieur, une hésitation entre faire ou laisser faire, une alternative à oublier les devoirs quelques instants et "être" délicieusement...

    La dernière étape est souvent alourdie par la fin du parcours en perspective, la conscience des sacrifices consenties se permet d'émerger...

    Courage, ma jolie, je suis trés trés fière de toi, je t'embrasse tendrement

    RépondreSupprimer
  12. Un plafond comme un miroir pour un excellent mémoire que tu enfouiras un jour dans un tiroir ... Comme une merveilleuse histoire ... ;o)

    Douce journée tite Colombine ... ;o)
    Brises sur tes joues ...

    RépondreSupprimer
  13. Bluebird--> toujours mieux que de regarder par terre, j'ai sorti mon museau dehors ce matin et j'ai contemplé le jardin.. la bonne journée.

    Snake--> là , je contemple mon intérieur, et c'est pas le mieux..
    bises mr Snake Hé Hé !!

    Dunes douces--> Tes paroles m'apaisent... sur plusieurs plans...Moi aussi , suis trop fière et très émue pour toi.
    Je t'embrasse doux.

    Marie--> Oui, ce parcours semé d'embûches reste une merveilleuse aventure dans ma construction personnelle... Mais quel intensité !! Bizettes sur tes joues

    RépondreSupprimer
  14. Bon courage à vous. Avec une pensée particulière pour tous ces plafonds qui n'ont jamais rien compris...

    RépondreSupprimer
  15. l'homme au bois dormant--> Merci Mr des bois contents (contant, racontant) Pff, ces plafonds alors !! C'est désespérant..

    RépondreSupprimer
  16. ce qu’il faut admettre :
    c' est que, les plafonds reste de platres face au mémoire.

    quand je me perpendicularise au plafond ,
    oh que j'en dis des bètises !! des tas de bétises !!! juste avant d'avoir cette étrange impression que tout autour de moi..
    le monde s'endort dans la demi journée des vagues à l'âme

    t'embrasse ^^^

    V'ap

    RépondreSupprimer
  17. Les plafonds sont des idiots qui se croient très malins, j'en ai fait l'expérience. Tu as bien raison de le snober!
    Courage pour la dernière ligne droite!

    RépondreSupprimer
  18. c'est pourtant vrai que les plafonds sont rarement
    au top.

    RépondreSupprimer
  19. j'espère que ta soirée t'aura permis une évasion salutaire.. quelques brefs instants d'oubli, souvent, remettent toutes les pendules à la bonne heure ..
    :-)

    RépondreSupprimer
  20. Je colle des bisous... au plafond.
    La prochaine fois que tu le contempleras, ça ne sera pas pour rien.
    :)

    RépondreSupprimer
  21. pas un mémoire sur les plafonds quand même? si??

    RépondreSupprimer
  22. Peu causant, c'est sûr, mais en même temps comme tous les peu causants, tu fais les questions et les réponses, c'est sécurisant, et puis voir le monde à l'envers est toujours constructif : et si c'était ça le vrai monde ?
    Tous ces textes, ces rapports, ces mémoires qu'on écrit, et qui s'entassent et qui s'ennuient, et qui crient, de peur qu'on les oublie.
    Je sais, tu n'as pas le choix. Il faut en passer par là, et puis une fois l'ouvrage terminé, surtout l'oublier.

    Alors, comme il est tard, je chuchote : bon courage à toi :)

    RépondreSupprimer
  23. Vous êtes FORMIDABLES !!!!!!
    Je suis à plat... fond... :)
    bizatous, je vais au lit... je répondrai demain ou après demain, peut pas mieux faire :(
    J'ai adoré vos coms, plein d'humour et de soutien :))
    La bonne nuit les gens !

    RépondreSupprimer