samedi 3 octobre 2009

Chroniques de couloirs

Le service des urgences est un endroit peu ordinaire, un lieu-dit dans l'hôpital, un lieu ouvert sur la cité. Une forme de carrefour hospitalier. Un lieu comme une scène. Une scène dont le rideau ne se referme jamais. Une scène, où les trois coups retentissent sans cesse. Il fourmille de figurants, acteurs malgré eux. Des acteurs qui ne répètent jamais, et qui pourtant répètent indéfiniment la tragédie, les mêmes scènes de la vie, l'enjeu des destinées. Tragédies quotidiennes, humaines. Mais où est donc passé le Docteur House ? Je ne l'ai point vu.

Il est 18.36. Un quart d'heure de pause. Je passe les portes vitrées et je respire un bol d'air. Je bois enfin mon café de 13.30. Il était froid, je l'ai fait réchauffer. Beurk, je n'aime pas le café réchauffé, mais celui là, il est délicieux. La clope qui va avec, me fait tourner la tête. (Mr Snake, évitez de me faire la morale, j'ai rendez vous en addicto, juste après l'obtention de mon DE.) Je suis claquée. 58 entrées en 5h. Je suis toute molle tout d'un coup. Je m'assois sur un rebord de misère un peu crado, avec un espèce de cendrier de misère lui aussi, tout aussi crado, où se mêlent gobelets en plastique, papiers de bonbons, paquets vides de chips et autres madeleines à deux euros les six. L'endroit est tout simplement merveilleux. Je pense 5 minutes à mon chéri, qui n'est plus mon chéri, mais toujours mon chéri. Rien, un instant de nostalgie. J'observe mon reflet dans la vitre d'en face. Mes cheveux sont un peu en bataille, ma tenue plus aussi impeccable. Des cernes de fatigue alourdissent mon visage mais je suis profondément fière d'être là. Je suis dans mon élément.

18.53, je me relève, jette mon gobelet, et repasse les portes vitrées dans l'autre sens. C'est reparti ! La tête dans le guidon. Cinq nouvelles personnes dans la salle de "tri". Tous, les perfuser, les bilanter, les constanter, poser les 1ers diagnostics, les évaluer, les rassurer, les surveiller, les diriger vers la radio, le scan, ou la "déchoc"... Mais ce n'est pas aussi simple. Un tel, vomit dans un sac, allo Dr pour rajouter un anti émétique, un tel n'est pas calmé par l'antalgique prescrit, allo Dr pour une titration morphinique. Un tel veut absolument qu'on aille rassurer son épouse qui attend en salle d'attente. Une autre s'agite, un autre désature, l'électro de Mr Coeur montre plusieurs extrasystoles qui pourraient bien partir en fibrillation ! Non, rien n'est simple ici ! A tout instant tout peut partir en sucette ! Mon seuil de vigilance est à son comble en permanence, l'adrénaline n'est pas seulement dans les p'tites ampoules, mais là circulant dans mes veines à toute allure.

Autant vous dire que quand je sors d'ici, la voiture rentre seule à la maison. Je suis vidée. Mais tellement satisfaite d'avoir participé à "sauver des vies"... Et ça, dans son job, c'est géant. C'est équilibrant. Je relativise plus spontanément sur mes petits maux quotidiens... Quand je suis là bas, j'oublie presque tout, ça me rattrape plus tard, puis ça s'étiole à nouveau, dès que j'enfile ma tenue...

Voilà, maintenant, après deux mois de stage ici, je sais que c'est là que je veux travailler. Là, au front, dans l'agitation, le risque, les débordements. Je suis bien campée dans mes "croc's rouges". Mes compétences professionnelles ont été reconnues, tant sur le plan humain que technique et théorique. En avant toute !

Lundi, j'attaque mon tout dernier stage (psychiatrie, secteur fermé). C'est là bas que je passe mon diplôme d'Etat. Trois ans et demi d'études sous pression continue ou presque. Trois ans et demi d'une vie agitée, bouleversée, mais bien remplie. Un grand merci à tous les gens qui m'entourent et m'accompagnent.

Quelqu'un veut il que je le perfuse ?

Et mon pull ? Toujours à l'envers... Mais doux et chaud.


39 commentaires:

  1. Bonjour à tous les gens d'ici.
    Je viendrai faire un p'ti tour chez vous plus tard..
    là, c'est douche-courses-ménage... Pas de repos pour les Maman-étudiante-femme-amie-et tout et tout...

    RépondreSupprimer
  2. Pire qu'un emploi du temps de ministre tout ça, mais tu dois te sentir tellement vivante d'accomplir tout ça, tu as trouvé ta voie et c'est bien.
    Bon courage pour tes multiples activités annexes en tout cas, on va t'appeler madame plus !!

    RépondreSupprimer
  3. Respect, Colombine, merveilleuse Colombine !

    RépondreSupprimer
  4. Quelle santé, Colombine !
    Ca me rappelle "Urgences" le feuilleton, mais je ne suis pas Georges Clooney, simplement Jack le Pirate !

    Besos et bonne chance pour ton DE
    Jack

    RépondreSupprimer
  5. Une seule pensée: ce que tu vis te rend encore plus belle et troublante, je suis fier de toi ! Oh oui, une piqûre !

    RépondreSupprimer
  6. si tu pouvais me perfuser 1 peu de ton énergie.. j'sentirais même pas la douleur ! ;)
    et bonne chance pour ton dernier parcours de combattante..
    bises en vrac à la bellissima..

    RépondreSupprimer
  7. C'est Epamin' qui m'amène un peu tard. Mais chez vous, tard, ça ne veut rien dire. Souvent trop tard, et là...Juste à temps pour...mais un peu tard, ça fait café froid et vous n'aimez pas.

    J'ai écrit ça, en début de nuit

    Il est trop tard
    Pour mentir
    Trop tôt pour mourir.
    Il est temps de tout vivre
    Comme avant.

    C'est une partie de ma page que j'apporte ici, en guise de cadeau de bienvenue.

    Que dire des infirmières, des soignantes, moi qui les côtoie depuis 18 ans. Elle font ce que les hommes ne savent pas faire. Les miennes d'infirmières, mes copines, elles travailent dans une EHEPAD 85lits 70% des résidents sont déments, beaucoup Alzheimer.L'urgence, c'est le quotidien, pas comme chez vous, moins de sang, mais ça saigne du dedans, du coeur.Elles sont vidées, les files. Des fois, elles râlent, mais elles retournent au charbon. Je ne suis qu'art thérapeute, j'ai le beau rôle. Je leur tire mon chapeau, je leur dit: respect. Souvent. Marie-Claude( c'est ma femme) 17 ans animatrice là-bas. Elle en a sauvé quelques-unes de grand mères, mais elle finissent toujours par mourir, un jour, comme nous.
    Je reviendrai chez vous, je connais le chemin, grâce à Emamin'.
    Lorsque vous aurez un peu de temps, venez sur LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS, vous distraire, vous exprimer aussi, je vous lirai avec plaisir, comme ici, chez vous.
    Roger Dautais

    RépondreSupprimer
  8. Depuis toujours, tu as des mains d'infirmière, précises, fortes, belles...
    On est soignant, on naît soignant, on aime soigner, comprendre, accompagner, un don de soi, un don à soi...

    Bisous du coeur, ma toute belle

    RépondreSupprimer
  9. Ce dévouement des soignants est beau à voir, à entendre ici. Je le connais pour avoir cotoyé une infirmière et du coup, ça m'insupporte quand je vois les patients impatients et colériques avec le personnel débordé des hopitaux ! Quel manque de respect et d'empathie !
    :-))

    [Bravo !].

    RépondreSupprimer
  10. Des années d'effort, de choix, de remise en question.. au bout de ce temps, tu as trouvé. Mieux : tu t'es trouvée.
    :-)

    RépondreSupprimer
  11. Merci de ta visite sur mon blog. J'aime bien tes descriptions.

    RépondreSupprimer
  12. Epamin'--> Je t'ai lu, ça et là..
    Bienvenue ici :)
    Sinon.. suis cool, faut pas croire...

    Dame Sco'--> Mon emploi du temps chargé ne m'indispose pas, je trouve toujours du temps pour moi...
    Ma voie, je la connaissais, y'avait qu'à... j'ai commencé à passer mon concours à 25 ans, 6 fois en tout, je l'ai réussi à 40 ans... Foutus tests psycho-techniques, une véritable quiche...
    (je l'aurai, je l'aurai ! je l'ai eu ! :)

    Anonyme--> Qui est ce ?

    Jack--> C'est comme les séries.. en pire.. les Dr même si certains sont plutôt charmants sont ultra speed, stressés et n'ont pas vraiment le temps de faire les "Dr Mamour"...
    Bises Mr le pirate.

    Pascal--> Merci. Je ne sais pas si ça me rend belle... mais ça me rend très vivante et enthousiaste...
    Des bises.

    Babel--> Tu ne sentirais pas la douleur, car je suis douce dans mes gestes, et fais un brin de sophro avec les personnes pour détourner leur esprit le temps de piquer.. Et hop, c'est fait...
    T'embrasse, merci.

    Le chemin des grands jardins--> Voilà un pseudo qui en dit long ! Art'thérapeute, voilà un métier séduisant. Je n'en ai jamais croisé dans mon Hôpital. Pourtant, il manque vraiment un supplément d'âme en ces lieux... Il y a une musico-thérapeute à mi-temps sur le secteur personnes agées (500 personnes)la misère quoi...
    Merci pour votre commentaire très touchant.
    Bienvenue ici, je ne manquerai pas de passer là bas...

    Dunes Douce--> Merci Maman !! C'est grâce à toi !
    Tes qualités de coeur et d'âme m'ont guidée sur le chemin.. Tu me les as transmises...
    Je t'embrasse comme je t'aime, et je te suis profondément reconnaissante...

    Filaplomb--> L'anxiété et l'angoisse de la maladie rendent parfois agressif... C'est acquis pour moi. Dans mon comportement j'en tiens systématiquement compte ou presque et en quelques mots en général j'arrive à abaisser les tensions, je ne le prends pas pour moi. Par contre c'est vrai, qu'aux Urgences on est tellement speedés et concentrés pour ne pas perdre le fil que ça peut paraitre inhumain.. Il en est rien... Avec un vrai regard on rattrape beaucoup de choses...
    Les plus "ennuyeux" sont ceux qui sont là pour rien, et qui auraient du faire le choix d'aller voir leur médecin traitant... Mais là encore, il y a des facteurs de misère, beaucoup de personnes n'ont pas toujours les moyens financiers de faire l'avance sur les soins.. à l'hôpital, pour l'instant c'est encore "gratuit"...
    Merci de ton passage Mr...

    Manue--> Oui, c'est une grande performance personnelle.. J'ai grandi, je me suis réparé aussi l'égo...
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  13. bonjour ,

    qu'il est bon de vivre à 200%


    c'est terrible ! comme le temps passe vite
    au fil de tes competences aquises.


    bon , j'veux bien !

    une ptite perf , à l’épi'néphrine. ;o)
    j'ai une baisse de régime en ce moment ...

    t'embrasse du dimanche ...

    RépondreSupprimer
  14. Formidable leçon de cœur.
    Dans l'urgence ce dit le vrai...

    RépondreSupprimer
  15. Le double fond des mots--> Bien vu le jeu de mot "épi-néphrine"... :)
    Mais gaff', faudrait te scoper...
    J'espère que ça va mieux ou vers le mieux...
    t'embrasse aussi....

    Nicolas--> Pas de temps à perdre... allez à l'essentiel.. :)
    Ce "c" à la place du "s" me fait penser que je l'utilise dans mon pseudo : Elle c dit
    on peut voir
    Elle, c'est dit !
    ou
    Elle s'est dit....
    :)

    RépondreSupprimer
  16. Je pense en effet que cela te va très bien... sauver des vies humaines est quelque chose dont on tire une certaine satisfaction, savoir le faire ce n'est pas donné à tout le monde
    Félicitation !
    bises Laule

    RépondreSupprimer
  17. Et dire que je rale quand cette peinture ne donne pas ce que je voulais...relativiser, voila tu me fais relativiser, felicitations pour ce metier dévoué...
    R.D

    RépondreSupprimer
  18. Colombine,
    Un profond respect pour ton boulot, ta patience, ta douceur. Tout ce que vous des centres hospitaliers faîtes. J'ai eu à faire souvent à vous tous (pour moi, pour ma famille). Vous savez malgré tout épauler les familles, réconfortés les angoissés etc...
    Quand je repars d'une chambre ou j'ai séjourné, ou j'ai visité... je laisse un bouquet de fleurs ou une boite de chocolats à l'intention de ceux et celles qui nous ont entourés.
    Alors oui, c'est dur, éprouvant dans tous les sens du terme. Mais pour nous, pauvres êtres qui venont avec nos bobos, vous êtes nos anges, nos sauveurs.
    Merci Colombine, pour ce que tu es, ce que tu écris

    RépondreSupprimer
  19. C'est bien de savoir où l'on va. C'est même indispensable, je pense. Maintenant que tu en es là, qu tu sais que ta place est là, tu pourras te dire, de temps en temps, quand le doute s'installe fourbement, tu pourras te dire comme moi, comme tant d'autres : "je suis ici parce que c'est ici qu'on a besoin de moi" ...

    Tu verras comme ça fait du bien, des fois :))

    RépondreSupprimer
  20. Quand j'étais à l'Hotel Dieu, pour une pneumopathie, il y a 15 ans, certaines infirmières de pneumologies fumaient à la fenêtre d'un petit couloir. Alors.... :))
    Bon courage pour la psychiatrie. Ne pas regarder un malade en crise dans les yeux. Rester calme si on voit Napoléon en se regardant dans la glace.

    SNAKE

    RépondreSupprimer
  21. Ce n'était vraiment que du café dans le gobelet...? Et la clope suspecte aussi....
    Il en faut et il y en a des gens comme çà...!!!

    RépondreSupprimer
  22. C'est un sacré boulot celui que vous avez choisi, vous en parlez,vous savez en parler.

    RépondreSupprimer
  23. Monsieur Poireau--> Elle sait, dit.. (bon , elle est loin de tout savoir.. :)

    Laule--> merci ma belle, t'embrasse.. :)

    R.D--> La peinture tend vers la sublimation...
    Merci..

    Maia LUNA--> Les bouquets de fleurs se perdent... mais bonbons et chocolats nous ravissent tout le temps... les p'tis mots aussi.... merci.

    Bulle--> oui, quel chemin... j'ai commencé à bloguer en janvier 2007, mes études en 2006... Toi qui me suit depuis un bout de temps, tu as suivi mes hauts et mes bas... et c'est pas rien...
    bizette bulette

    Archi'--> On peut faire un parallèle avec nos métiers respectifs... dans l'investissement, où dès qu'il y a une faille ou une baisse de régime on a tout faux... on peut pas faire à moitié, ça dysfonctionne tout de suite.. Et on y croit..
    Et c'est sûr qu'il y a toujours un évènement singulier dans une journée qui renforce nos convictions...

    Snake--> vous m'avez passablement épargnée.. :)
    Aujourd'hui, j'ai croisé Alex, (un petit homme) ils sont deux, lui et Arnold scharzenegger... Ils font tout ensemble mais pensent différemment... :)
    Pour ma part j'ai vu une Colombine de la commedia dell arte dans la glace ce matin...

    Fidji--> Non, c'était des stupéfiants...
    t'embrasse la belle

    Fidel Castor--> merci beaucoup et bienvenue ici...

    RépondreSupprimer
  24. Je veux bien que tu me perfuses, mais à travers l'Atlantique, quelques gouttes risquent de se perdre. Quant à ton pull à l'envers, ton style risque l'arc-en-ciel.
    Bref faut toujours se méfier, surtout avec les infirmières le coeur sur la main, ce doit être joli au microscope. Les globules, connait pas, préfère les globes tout court, moins scientifique, plus homme de la rue. Enfin, je peux m'égarer, c'est selon. J'aime ton style gargantuesque en petit pot.

    RépondreSupprimer
  25. A fleur de peau--> j' aime ton style gargantuesque en petit pot--> Des pots de yaourts faits maison, plutôt Colombinesques... :)

    RépondreSupprimer
  26. L'homme au bois dormant--> Si tu passes par là, te dire que je n'arrive pas à poster un commentaire chez toi, ça fonctionne pas... Et pourtant il te disait de rester mon commentaire !
    j'essaierai plus tard...

    RépondreSupprimer
  27. waouhhhhh... merci Colombine de panser aussi bien les plaies de la société... quelle force et quelle vivacité... j'adore...
    pour la perfusion... il faut prendre rendez-vous?
    bises

    RépondreSupprimer
  28. Au risque de passer pour la vieille inf. aigrie et poilue du menton, j'avoue avoir eu la même excitation sous la vitesse des urgences. Puis, j'ai tenté l'impossible dans les réa., avec souvent le ventre noué d'en voir "partir" quelques uns (trop), on est pas préparé à "ça" dans ces p... d'études. J'ai fini par m'enfermer dans les blocs op., avec adrénaline urgentistique puis sans...
    Le principal dans ce que tu dis, c'est que tu t'y retrouves et que tu aimes. De la ténacité, il en faut et tu en as. De belles qualités de force et de douceur chez une colombine qui c dit ;-)
    Bon, je retourne à mes cours de sophro. Lorsque j'irai "trainer" dans ton coin, je te ferai une séance gratuite (il faut que je m'exerce).

    RépondreSupprimer
  29. Passe me voir quand tu veux pour la perfusion, j' ai tout le temps... Courage pour tout ! BisOus bleus.

    RépondreSupprimer
  30. tain c'est du film ça ... j'ai même entendu le SHRIIK du gobelet sous les doigts.
    waw ... dis, t'es certaine pour Dr House ??

    RépondreSupprimer
  31. D'abord un commentaire sur la photo du début: il ne faudrait pas afficher cela chez les malades potentiels qui craignent les hôpitaux: de tels visages arrosés de vert piquant, mais surtout le piquant visage, ferait craquer les corridors de monde assoiffé de bons soins. C'est mon point de vue qui n'engage que moi.

    L'autre commentaire. Tu t'en vas faire un stage en psychiâtrie. Prends le comme du vécu, ce n'est pas l'arsenal de psy, ni les électro-chocs (j'y ai goûté dans ma belle jeunesse) bien solidement attaché au lit tandis que mon corps bondissait - pour tuer les mauvaises cellules - camisole de force (qui ne réchauffe ni en été ni en hiver), qui font qu'un malade mental se remet sur pied,mais reçoit comme cadeau une acuité de perception que peu de "normaux" exercent.

    La beauté de la fin de mon billet: une infirmière en chef s'est éprise de moi, tant et tant qu'elle m'a fait guérir plus vite, mais je ne voulais plus partir! Elle était du sucre d'orge, j'ai un peu engraissé, mais m'en suis sorti. Elle c dit: j'aime lire maman à l'hôpital, style James Bond sans réacté, et je constate que tu as beaucoup de réactions.
    Continue ta vie d'enfer, tu auras toujours des lecteurs !

    RépondreSupprimer
  32. Je vous baise les pieds, tiens. (Signé : un "crabeux")

    RépondreSupprimer
  33. Charlemagnet--> Pour la perfusion de mots, il n'y a pas d'heure de rendez vous.... :)

    Cat'--> Ben alors !! L'engouement te lâche ?
    Tu as vraiment l'intention de passer dans le sud ?
    j'veux bien !! :)
    Bises.

    H--> Merci :) Je prends les bisous bleus et t'en renvoie des ensoleillées....

    Rastaquouere--> Tu as l'ouie fine :)
    Désolée de te décevoir, le Dr maison n'est pas dans ma série... Mais en cherchant bien....

    A fleur de peau--> Merci...
    Ton témoignage est accablant... Et c'est mon sentiment. Ma première semaine en psychiatrie me heurte, pourtant 24 ans que je bosse à l'hôpital... (jamais en psy)
    Et là, tout me choque...
    Les patients sont Hospitalisés sous contrainte, à la demande d'un tiers ou de la police... Jusque là , passe encore, c'est violent mais nécessaire...
    mais l'attitude des soignants qui semblent ne pas faire la différence entre un squizo, un bipolaire, un toxico, une anorexique.... un dépressif... ça, ça me choque !
    'tain, il fait pas bon avoir un trouble psychiatrique... Je n'ai pas de recul pour pouvoir critiquer pleinement....peut être que ce n'est pas possible de "soigner" les troubles mentaux comme on soigne les autres pathologies...
    Peut être que c'est effrayant.... Confrontant à l'extrême....
    pour l'instant l'attitude des soignants me heurte profondément dans mes "valeurs professionnelles"..
    Je dois tenter de comprendre pourquoi.... Avant de porter un jugement....
    Là, je suis choquée.. vraiment...

    Chr.Borhen --> ( Argh... ) Sans voix...

    RépondreSupprimer
  34. bonsoir
    vais de mieux en bien et je chamboule tout ...

    t'embrasse

    RépondreSupprimer